vendredi 4 mai 2012

5 astuces pour écrire un roman que les autres auteurs espèrent ne jamais voir entre vos mains... Jamais !

Femme réfléchissant
5 conseils d'écriture à découvrir d'urgent.

Comment écrire un roman ?

Bon nombre de gens commencent des romans, mais ne les finissent JAMAIS. Pourquoi ?

Ils ne sont, tout simplement, pas préparés. Physiquement, mentalement…

Leur chance de réussite est donc quasi nulle. Connaissez-vous l’histoire de Christopher W. ?

Il était comme vous et moi : il voulait écrire. Et il en avait assez de stagner. Alors, il a décidé de faire la chose LA plus sensée qu’il pouvait faire : il s’est repris en main.

Par la seule force de la volonté, il a écrit son roman jusqu’au bout. Mot par mot, ligne par ligne, page par page.

Aujourd’hui, Christopher va VOUS donner 5 conseils. 5 tuyaux pour écrire votre roman. Tout de suite !

Écrivez votre roman avec ces 5 astuces du tonnerre


Vous souhaitez écrire un roman. Pourtant, vous n’arrivez pas à sauter le pas ou jugez-vous vos textes mauvais.

Voici 5 conseils pour éviter les pièges de l’écriture et, surtout, finir votre premier livre.

Attachez vos ceintures, décollage imminent ! 1, 2, 3…

1. Utilisez un carnet pour noter vos idées


Faut-il préparer un plan ?

C’est le meilleur moyen de rester bloqué sur le synopsis et de ne rien écrire. Lorsque tout est planifié, l’écriture perd de son charme.

Il n’y a PLUS de réelle surprise, ni de plaisir ! Vous ne faites qu’un travail de rédaction.

Or, lorsque vous écrivez, vous écrivez ce que vous aimeriez lire. Logique ?

Vous êtes votre premier lecteur. Ne souhaiteriez-vous pas vivre votre histoire, découvrir vos personnages et les voir se débattre, tant bien que mal ?

Suivez votre intuition ! Lorsqu’ayant placé vos protagonistes dans une situation périlleuse, vous vous retrouvez piégé au sein de votre récit. Qu’improviseriez-vous ?

Toute la question est là ! Je ne pense pas que, si vous vous servez d’un plan, vous ressentirez ce sentiment d’urgence.

Ceci dit, l’utilisation d’un carnet d’idées ne peut être que bénéfique. Il vous sera utile, durant toutes les étapes du processus d’écriture.

Je vous conseille d’y inscrire régulièrement vos idées, pour ne pas les oublier. Ça peut être un mot, une phrase, un bout de dialogue, un détail quelconque, un évènement, etc.

Exemples :

  • Michel se fait attaquer par des chiens enragés ;
  • Peter rencontre son ami dans un bar ;
  • Ambiance du film Seven ;
  • blague du poisson rouge.

Nul besoin de trop détailler ; du moment que vous comprenez, ça marche comme sur des roulettes.

N’oubliez pas que c’est votre espace personnel ! Personne ne nous empêche de faire des croquis ou des gribouillages.

L’astuce de l’écrivain : Pour vous repérer, divisez votre cahier en trois catégories : la partie Histoire (les idées sur l’intrigue principale), l’ensemble Personnages et tout ce qui ne rentre pas, dans la section Autres.

2. Écrivez au moins une page par jour


L’écriture, c’est de la pratique. Pour vous améliorer, il faut lire et écrire, autant d’heures possibles par jour.

Vous fixer des contraintes me semble une excellente solution pour les respecter. Pas bête !

Dans ce sens, fixez-vous une heure libre pour écrire votre roman. Chaque jour. Ça sera votre résolution ; vous ne reviendrez jamais dessus.

Ainsi, l’idéal serait de produire au minimum une page par jour. Vous avez un objectif. Alors, donnez-vous les moyens de l’atteindre !

L’astuce de l’écrivain : Écrivez dans un bureau seul, à l’abri de toute distraction. De même, il est sans doute plus judicieux de compter le nombre de mots que celui des pages.

3. Créez de bons personnages


Adrian Monk, le personnage principal de la série télévisée, Monk.

Pouvez-vous imaginer Le chien des Baskerville sans Sherlock Holmes ? Ou la série Dexter sans Dexter ?

C’est ce qu’on appelle des personnages forts. À eux seuls, ils justifient notre adhésion à ces œuvres. C’est connu !

Vous aurez beau imaginer l’histoire la plus complexe du monde. Mais, si vos personnages manquent de vie, ils laisseront froids vos lecteurs.

Un bon personnage répond souvent à 4 critères. Nous allons prendre, comme exemple, Adrian Monk de la série télévisée, Monk.

  1. Monk a une étiquette : c’est un quarantenaire au physique maladroit dont les facultés de déduction sont hors du commun, il est fan de Willie Nelson ;
  2. il possède un trait de caractère dominant : ses troubles obsessionnels compulsifs et ses multiples phobies (acrophobie, ophiophobie, etc.) ;
  3. il a un passé : il reçoit une éducation stricte de la part de sa mère qui refuse tout contact physique, sa conjointe Trudy Monk a été assassinée ;
  4. il a un BUT : résoudre le meurtre de sa femme et retrouver sa position dans les forces de police de San Francisco ;
  5. il a un entourage : une assistance personnelle (Sharona Fleming), un rival (Harold Krenshaw), etc.

Les phobies du protagoniste susnommé servent donc de MOTEUR à l’intrigue.

Dans un épisode où Monk enquête sur un meurtre dans une maison, un serpent s'est échappé de son vivarium. De peur, il monte sur une table, malgré sa phobie de la hauteur.

Ce genre de scènes est une occasion de tester les personnages, les pousser dans leurs retranchements pour voir de quoi ils sont faits.

Donnez-nous l’occasion de suivre leur évolution !

L’astuce de l’écrivain : Un personnage contrasté est plus intéressant qu’un gentil ou un méchant, tout court. Vous avez le droit de jouer la carte du contraste pour leur accorder un peu plus d'humanité.

Exemples : un banquier dur en affaire qui, en cachette, fait des dons à des associations caritatives, un enfant modèle qui torture des souris...

4. Racontez une histoire intéressante


Une bonne histoire est, tout d’abord, une histoire avec des enjeux suffisamment plausibles pour captiver le lecteur.

La question que ce dernier devrait se poser est la suivante : « Le protagoniste va-t-il atteindre son objectif ? ». C’est la question dramatique !

Voici la question dramatique de certains romans :

  • Clarice Starling parviendra-t-elle à arrêter le tueur en série ? (Le Silence des agneaux de Thomas Harris) ;
  • Harry Potter et ses amis parviendront-ils à détruire les Horcruxes ? (Harry Potter et les Reliques de la Mortde J. K. Rowling) ;
  • Roméo et Juliette pourront-ils vivre leur amour ? (Roméo et Juliette de William Shakespeare) ;
  • le jeune reporter, Rouletabille, arrivera-t-il à résoudre le crime ? (Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux).

Ce qui fera que votre roman se distingue des autres est les moyens mis en œuvre par le protagoniste pour atteindre son but. Dans Le Bon, la brute et le truand et Jackie Brown, les protagonistes ont tous le même objectif : s’enrichir.

Dans le western de Sergio Leone, trois hommes se lancent à la recherche d'un coffre contenant 200 000 dollars en pièces d'or. Alors que chez Quentin Tarantino, une hôtesse de l'air sert de passeur à un trafiquant d'armes.

Attention, pour que votre roman fonctionne, l’enjeu, c’est-à-dire ce que le personnage peut gagner ou perdre à travers son objectif, doit être fort !

L’enjeu le plus évident me semble le danger de vie ou de mort. Dans Rançon de Danielle Steel, Fernanda Barnes, endetté suite au suicide de son mari, doit payer une rançon exorbitante pour libérer Sam, son fils de six ans.

La première astuce de l’écrivain : Le lecteur a du mal à accepter un « deus ex machina », un évènement improbable qui vient régler les problèmes du protagoniste à la dernière minute.

Pour éviter toute déception, la notion de préparation/paiement existe. Une préparation est un élément de l'intrigue (objet, personnage, etc.), apparaissant pendant le déroulement de l'œuvre, afin d'être réutilisé plus tard.

Dans le film Mission impossible de Brian De Palma, Jim Phelps, agent de la CIA, reçoit une tablette de chewing-gum explosif, tout au début. Il l’utilise à deux reprises : la première fois pour fuir et la deuxième fois pour vaincre l’antagoniste.

Ce sont des paiements que le spectateur ne vit pas comme un hasard.

La deuxième astuce de l’écrivain : Vous avez du mal à lancer votre intrigue ? Une autre technique du cinéma, facilement applicable, est le MacGuffin. C’est un objet prétexte qui initialise l’histoire, mais qui s'avère, plus tard, sans importance.

Dans la nouvelle, Le Corps de Stephen King, le cadavre que les quatre garçons partent chercher n’est qu’un prétexte pour nous faire vivre leur voyage initiatique.

5. Supprimez tout mot inutile


Rythme d'un récit
Améliorer le rythme d'un roman est nécessaire.

Savez-vous que des coupures judicieuses pouvaient accélérer le rythme d’un roman ?

Retirez 10 % de votre texte, entre la première version de votre manuscrit et la seconde. Cette action simple est capable de redonner une nouvelle jeunesse à votre roman.

Le résultat n’en sera que plus vif, plus intense. C’est peut-être dur de procéder de la sorte ; néanmoins, cela vaut le détour.

D’ailleurs, je reprends l’exemple de Stephen King dans son livre, Écriture, Mémoires d'un Métier (dont je vous recommande la lecture) :

« Le chien du voisin, un molosse dégoulinant de salive et aussi crasseux que peut l'être un paillasson que l'on n’a pas secoué depuis des années, me sauta dessus en plein après-midi. »
Préférez quelque chose comme : « Stub, le chien du voisin me sauta dessus. »
L'aspect hirsute du chien pourrait décrit avant ou après, dans d'autres phrases, si cela est vraiment utile. L'insérer dans cette phrase fait perdre à la phrase son sens d'origine : un chien vous saute dessus. N'essayez pas de multiplier les idées au sein d'une seule et unique phrase.

L’astuce de l’écrivain : Si vous introduisez une action soudaine (comme une voiture qui percute une boulangerie ou un homme, attaqué par surprise), pensez à sauter la ligne et la présenter dans un paragraphe court d’une phrase ou deux.

À vous de jouer


La balle est, maintenant, dans votre camp !

Christopher aurait bien aimé partager avec vous d’autres astuces. Toutefois, ça aurait été impossible sur un simple article.

Comme vous l’avez suivi jusqu’au bout, il va VOUS faire un petit cadeau : il va se présenter.

Il est… Christopher Walken ! Le méchant de James Bond ? Non !

Deux secondes de réflexion. Il est l’avatar de…

C’est moi ! Alors, tu nous as roulés ? Non, pas vraiment, je me suis servi d’un MacGuffin pour lancer l’article et de la notion préparation/paiement pour éviter toute déception.

N’est-ce pas un bon retournement de situation ? Soyez honnête ! Si vous avez été surpris, sachez que vos lecteurs cherchent à ressentir ce type d’émotions fortes (peur, tristesse, joie, etc.).

Par contre, si vous avez découvert le pot aux roses, mille bravos !

En bref, les tuyaux 1, 2 et 5 sont à la portée de tous. Vous pouvez donc facilement les appliquer. Les autres demandent un peu plus de pratique et d’expérience, même si ça ne reste pas insurmontable.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas !

Et rappelez-vous ceci : rien n’est impossible. Rien !

Bonne chance !

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs "Echanges de compétences" organisé par le blog Copywriting Pratique. Si vous avez lu cet article, à combien l’évalueriez-vous sur 5 ? Cliquez sur la note de votre choix : 012345

76 commentaires:

  1. Bonjour,
    Ces astuces sont très intéressantes et permet de comprendre le succès de nombreux romans.

    J'ai 1 roman sous le coude mais une fois que les idées ont été jetées, difficile de m'y remettre ! mais je penserai à ces conseils.

    Cordialement
    Fabien
    http://gestionbienetre.free.fr
    http://fabenalsace.over-blog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à vous et merci pour votre commentaire !

      Je sais qu'il est dure de revoir ses idées, surtout lorsqu'on a déjà commencé l'écriture d'un roman. Mais, je pense que ces conseils peuvent être utiles pour plus tard.

      Je m'explique... Les conseils 3 (créer de bons personnages) et 4 (supprimer tout mot inutile) peuvent servir lors de la réécriture.

      De même, vous pouvez dès aujourd'hui appliquer les deux premières astuces.

      Enfin, à vous de voir !

      Bonne chance ! ;-)

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Ces informations sont sources de presque-motivation, ai-je envie de dire. J'ai écrit une espèce de journal qui balance entre réalisme et quelque chose que je n'arrive pas à définir. J'ai soumis l'essai à un éditeur qui m'a fourni des informations précieuses. le hic c'est que je n'ai pas le courage ( et oui !) de tout reprendre. Je préfère la fuite et une nouvelle aventure car je ne sais pas comment faire. Je ne vois pas comment reprendre une année d'écriture. Auriez-vous des conseils pour ce genre de travail ? Il faut que je donne forme à mon récit, qu'il y ait un fil conducteur. I'm lost.

      Supprimer
    3. Bonjour !

      Je vous conseille de laisser reposer votre manuscrit quelques temps et de tenter une nouvelle expérience (c'est plus motivant). Et puis avec le temps, vous aurez plus de recul sur votre travail pour le relire voire même le découvrir sous un nouveau jour. C’est le conseil le plus évident, mais sans doute le plus important que je puisse vous donner.

      En tous cas, concrètement, la relecture implique de produire différentes versions de brouillons, d'ébauches jusqu'à satisfaction personnelle. Tout d'abord, imprimez votre roman, il est plus confortable de travailler sur papier. D'ailleurs, vous pourrez noter vos remarques en marge du manuscrit.

      Relisez-le à voix haute afin de vous assurer du rythme et de la cohérence, de la musicalité des phrases et déceler toute anomalie. Cela est particulièrement utile pour vérifier si les dialogues sonnent justes.

      Par la même occasion, je vous recommande vivement de tenir une grille d'évaluations avec des critères identifiables et de pratiquer des relectures ciblées (grammaire, personnages, dialogues, etc.) en choisissant des stylos de couleurs différentes. C'est une étape fondamentale. Pour une première lecture, écrivez en marge ce que vous souhaitez réécrire. Cependant, ne le faites pas tout de suite, continuez de lire et de corriger en annotant, avant de réécrire les passages concernés.

      D'ailleurs, voici deux grilles d'évaluation que j'ai trouvé sur Internet : ici et .

      Pour finir, en plus de tout ce que j'ai énoncé plus haut, l'avis de lecteurs extérieux peut s'avérer intéressant et permettra de guider votre relecture. Vous pouvez soit passer par un proche (ce que je déconseille) ou bien des forums d'écriture. L'un d'entre eux a retenu mon attention, c'est le forum des co-lecteurs.

      Si vous acceptez, je peux lire pour vous un extrait de votre roman et en faire la critique.

      Cordialement,

      Supprimer
    4. Merci bien , ça ne peut que m avancer.

      Supprimer
    5. Je vous en prie, cher anonyme ! ;)

      Supprimer
    6. Je peux être super-chiant s'il-vous-plaît? VOIRE MÊME... Je crois que seule la lecture d'un "au jour d'aujourd'hui" (l'écrire est pour moi une torture) peut réussir à me mettre dans un pire état de nervosité.. Tous les journaleux et les pseudo-intellos qui utilisent ces expressions, personne ne leur dit rien! Ils mériteraient pourtant un petit cours de français."Voire" peut tout à fait être remplacé par "ou même", dire "voire même" revient à dire "ou même même". "Voire" n'a jamais besoin du "même", il se suffit à lui même.
      Mode relou névrosé /OFF
      J'ai pris plaisir à lire votre article ainsi que votre réponse. Je me lâche car pour une fois que je peux faire la remarque, je me sens plus. Et comme je suis Anonyme... MOUHAHAH
      Merci à vous et bonne continuation!

      Supprimer
    7. Bonjour,

      Votre commentaire ne me fâche pas.

      Au contraire, il m'invite à une vigilance accrue. Je me relis à la hâte surtout lorsqu'il s'agit de commentaires. Conséquence : certaines erreurs grossières passent à travers les mailles du filet.

      Vous avez bien fait de relever le pléonasme. Je ne peux que m'excuser d'avoir causé votre courroux. Ne répétons pas deux fois la même erreur !

      Cordialement,

      Supprimer
    8. Wsh Christopher w t conseil son utille pour mes rédaction en cour merci mon gars sur

      Supprimer
  2. Bonsoir, Je ne suis pas franchement écrivain - blogueur depuis peu. Mais en ayant repris le grattage du buvard depuis quelques mois, je réfléchis sur "l'écriture". Et vos cinq conseils me paraissent tout à fait censés.
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Je suis ravi de le savoir. J'espère que ces conseils vous seront utiles.

      Si vous avez une question ou un problème, n'hésitez surtout pas à me le faire remarquer. Je ferais de mon mieux pour vous aider.

      Bonne chance ! Espérons que votre projet d'écriture aboutisse !

      Supprimer
    2. Waaaaaaaaaou et super en plus les 5 conseils m'ont donnés une autre inspiration dans la rédaction de mon roman.Mais j'ai besoin de conseil encore pour améliorer le vocabulaire de mon roman car j'en suis pas riche en vocabulaire jusqu'à un certain point.

      Supprimer
    3. Waaaaaaaaaou et super en plus les 5 conseils m'ont donnés une autre inspiration dans la rédaction de mon roman.Mais j'ai besoin de conseil encore pour améliorer le vocabulaire de mon roman car j'en suis pas riche en vocabulaire jusqu'à un certain point.

      Supprimer
  3. Cet article est vachement intéressant. Il y a pas mal de choses qui s'appliquent en dehors du cadre "roman" (comme la rédaction de guides, de formations...etc).

    Super site au passage ;)

    Amicalement,

    Nassim

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Nassim, et merci pour votre commentaire !

      Il me touche beaucoup ! Et oui, c'est vrai, certaines astuces peuvent s'appliquer à d'autres domaines.

      Enfin, ça dépend...

      Sinon, sachez que je suis un lecteur occasionnel de votre blog, même si je n'ai pas vraiment d'aspiration pour le Web Marketing.

      Supprimer
  4. Paul bonjour,

    Article extrêmement sympathique et intéressant.

    Il y a une quarantaine d'années, je voulais être romancier.

    Puis, ces 30 dernières années j'ai rédigé livres, articles et ebooks pratiques... mais pas un seul roman !

    Je n'ai toutefois pas totalement abandonné l'idée.

    Je reste branché.

    Bernard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à vous aussi !

      Personnellement, j'adore votre style (poétique ?) et vos commentaires bien placés que j'ai lus ailleurs.

      Et oui, j'y suis ! Vous avez une lourde expérience pour écrire un roman. Au moins un seul !

      Offrez donc ce cadeau au jeune Bernard qui voulait tant devenir écrivain. Mais, imaginons que ce soit le cas.

      Serait-ce un roman onirique, surréaliste, absurde, naturaliste ?

      Je me pose bien cette question... J'espère que les articles de ce blog vous feront franchir le pas.

      Cordialement,

      Supprimer
    2. Bonsoir,

      Ma foi, j'hésite entre le roman autobiographique dans le genre de ceux de Blaise Cendrars ou d'Henry Miller, et le roman dit "initiatique" dans le genre de Hermann Hesse.

      Encore que le policier à énigme ou la "S.F. voyageuse dans le temps" m'amuseraient aussi beaucoup.

      En attendant, j'ai bookmarqué votre blog et ce sera avec plaisir que le jeune Bernard, retour d'une de ses bourlingues dans temps, viendra y faire escale.

      Bonne soirée

      Bernard

      Supprimer
    3. Salut !

      Le plus simple, c'est d'écrire le roman que vous aimerez lire.

      Sinon, merci de votre sympathie et oui, je serais là pour accueillir le jeune Bernard.

      Tenez-moi informé. Bonne chance !

      Supprimer
    4. C'est hyper important vos précieux conseils.merci beaucoup Paul

      Supprimer
  5. Bonjour Paul,

    Article très intéressant qui m'a permis de voir la rédaction d'un livre sous un angle différent. Certains soit-disant auteurs devraient s'en inspirer car les derniers temps, je n'ai pas eu de chance, je ne suis tombée que sur de mauvais romans. Je crois que je vais retourner à mes thrillers écrits par les écrivains d'Europe du Nord dont je suis fan.
    Bonne journée Paul et à bientôt
    Marie-Do

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie-Do !

      Merci pour le compliment ! De mauvais romans ?

      Sans doute. Primo, il y en a eu depuis toujours. Deuzio, ça reste surtout une question de point de vue.

      Mais, sachez que vous trouverez à coup sûr votre bonheur ; il suffit de bien chercher. Quels genres de livres lisez-vous (les thrillers et...) ?

      Passez le bonjour à vos adolescents car, au moins, je suis sûr qu'ils ne risquent pas de passer par là. Ai-je tort ou raison ? ;-)

      Supprimer
  6. Bonjour Paul,

    Ce blog est très sympathique.

    Je viens de terminer l’écriture d’un roman.
    Vos conseils me seront utiles au moment de m’attaquer à la relecture et aux corrections.

    Intuitivement, j’ai suivi votre conseil avant de le connaître : pas de plan, l’écriture a coulé toute seule.

    Néanmoins, je me suis aperçu que l’intrigue se prenait les pieds dans le tapis et j’ai dû réécrire certains chapitres.

    Ce qui m’a le plus surpris, c’est que les personnages prennent une vie qui échappe à l’auteur.
    Certains personnages refusent purement et simplement de faire ce que je leur demande.

    Peut-être me trouverez-vous quelque peu confus, mais j’ai vraiment vécu ce sentiment que le personnage me dictait ses actions. Étonnant ?

    J’ai voté avec plaisir pour votre article et je me ferais encore plaisir en revenant vous lire.

    Bonne journée

    Jean Paul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Merci pour le compliment ! Je suis heureux de voir que ce blog pourrait vous être utile.

      L'intérêt de ne pas utiliser de plan est justement de laisser libre cours à votre imagination et d'échapper à toute contraire. D'où une plus grande efficacité et un plaisir décuplé pour vous et le lecteur !

      Je trouve que c'est moins mécanique et moins artificiel. Bien sûr, cela demande un peu d'expérience. Mais, le but est de coucher sur le papier un premier jet, sans se soucier des incohérences ou de l'orthographe, etc.

      De cette manière, vous gagnez en productivité. Les personnages se forgent leur propre personnalité et leur aura, au fur et à mesure de l'écriture ; tandis que l'intrigue se dessine. La relecture est donc l'occasion de revoir cette version brut et d'en améliorer la forme et le sens.

      Ah et n'hésitez surtout pas à revenir !

      Cordialement,

      Supprimer
    2. bonjour Jean-Paul,
      il y a quelques années, j'ai suivi des cours par correspondance d'écriture. Lors de l'écriture de mon premier roman (jamais publié car jamais terminé)il m'est arrivé la même chose. J'avais prévu tel chose pour mon héro, mais après une 20taine de pages, je me suis rendu compte que c'était lui qui me mené.
      Quand j'en ai fait part à mon professeur, il m'a rassuré en m'expliquant que lui aussi, était prit en otage par ses personnages

      Supprimer
    3. Bonjour !

      Intéressant. Comment fut pour vous l'expérience des cours d'écriture par correspondance ? De même, comment se faisait le suivi de votre roman ? Pensez-vous que ça vous a aidé ?

      J'aimerais bien le savoir.

      Merci d'avance pour votre réponse !

      Supprimer
  7. Au sujet des "recettes"
    Si je peux me permettre, je pense qu'il n'y a pas de régle absolue, ni de planification universelle dans l'écriture car elle est fonction de notre propre créativité. Je pense qu'il faut partir d'un jet dans la simplicité et que le reste suit. Exemple pris dans mon bouquin "Enquêtes sur le sens de la vie" : Contexte : Rencontre au coin d’une rue, d’un ancien pote en cette fin d’année 2010

    – Salut . Qu’est ce que tu deviens ? Ca va toi ?
    – Ca va… Enfin çà c’est ce qu’on répond bêtement et béatement tout le temps. En fait çà ne pas fort du tout ! A la maison ma femme est déprimée et me contamine avec ses jérémiades. Au boulot, ils me demandent d’en faire toujours plus, pour ne rien gagner de plus. Du coup j’y suis encore plus stressé..."

    Le top c'est quand ce qu'on écrit ne nous appartient plus et est un peu écrit comme dicté par des instances supérieures (je crois en la noosphère mais ne suis pas religieux pour un sou rassurez vous)et qu'on découvre au fur à mesure qu'on est en train d'écrire.

    Pour le reste, se relire réguliérement plusieurs fois et tâcher se faisant de raccourcir ses phrases , ce qui est le plus difficile pour moi qui est tendance à en faire à rallonge, dès que je suis lançé ;-(

    Bien amicalement
    Jacky

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour, Jacky !

    Oui, je suis d'accord avec toi. Il n'existe pas de recette miracle dans l'écriture.

    Les idées peuvent nous venir de nulle part (films, rencontres, expériences, etc.). Et je le répète : la réécriture est une étape essentielle.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  9. Cet article est très intéressant. Je suis d'accord avec tout ce que vous dites, enfaite j'ai presque l'impression de lire mes propres réflexions ^^
    Pour le personnage, j'ai envie de dire qu'il doit aussi avoir une particularité, quelque chose que n'ont pas les autres personnages en général. Par exemple Monk ce qui le rend unique se sont ses phobies. Un personnage intéressant, intriguant et bien construit amène forcément une bonne intrigue. Bon après l'histoire c'est autre chose, on peu faire un excellent personnage et une histoire totalement dénué de sens et d'intérêt. Le tout c'est d'employer la particularité du personnage de manière total pour l'intégrer dans une histoire qui la mettra en valeur. Niveau personnage intéressant, pour moi L de death note est en haut de la liste, avec ensuite le docteur ( doctor who). J'ai tellement adoré ces personnages que maintenant je ne peu pas inventé un personnage qui se contente d'être banal ^^

    Ecriture mémoire d'un métier, va falloir que je le relise celui là, je ne me souvient plus e ce passage. En tout cas ce livre est génial ! à une époque il ne me quittait jamais, je le coïnciderais presque comme une bible, c'est toujours un peu maintenant mais moins.

    Désolé par contre je n’ais pas crus une seul seconde à ton MacGuffin. Le début faisait un peu publicité ^^ Pour que l’on y croit je pense qu’il aurait fallut radicalisé ton Christopher, poussé jusqu’au bout en créant une histoire détaillé ( âge, nombre d’année d’écriture, peut être comment tu as eu ces conseils, un nom de famille, ne pas en faire un ami, mais quelqu’un de sérieux. L’on croit toujours plus un spécialiste, par exemple un docteur qu’un simple blogueur amateur.

    Je vais éssayé de continué à parcourir ton blog, à moins que la fatigue ne me gagne avant, mais dans ce cas je repasserais !

    Morpheus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Navré pour le retard et merci pour le commentaire !

      Un protagoniste doit être assez crédible et original pour que le lecteur s'y attache. D'ailleurs, ce sont les personnages qui portent le poids de l'intrigue par leurs réactions et leurs faits et gestes.

      Leur rôle est donc essentiel. Quand même, les enjeux doivent être assez intéressants pour justifier l'implication du lecteur.

      L de Death Note me semble être le personnage charismatique par excellence.

      Peut-être que l'introduction est un poil maladroite. Promis, je tiens compte de tes conseils pour mes prochains articles. Sinon, bon surf et à plus tard !

      Supprimer
  10. Bonjour . J'ai adoré votre article . Il définit exactement ce que je ressens , et les conseils sont très intéressants . J'aurais juste une question . La réécriture (correction des fautes ou de l'histoire) doit-elle durée plus longtemps que l'écriture en elle-même ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Je vous remercie pour le compliment.

      Pour répondre à votre question, cela dépend de facteurs différents. La réécriture consiste sommairement à parfaire autant la forme que le fond d'un roman, lui donner forme. Par le fond, j'entends la correction des erreurs orthographiques ou syntaxiques, la suppression des passages inutiles, etc. Par le fond, il s'agira plutôt de développer la psychologie des personnages, donner plus d'enjeux à l'histoire et ainsi de suite.

      À mon avis, la réécriture dure souvent plus que l'écriture qui ne consiste, en fait, qu'à coucher sur le papier la version brut d'un roman. C'est pourquoi je vous recommande, lorsque vous tenez votre idée, d'écrire sans vous arrêter pour ne pas émousser la lame narrative. C'est une manière de ne pas perdre en vigueur, ni en motivation.

      Mes conseils pour réécrire efficacement un livre sont de ressortir votre manuscrit, six mois plus tard, puis d'y revenir avec du recul. De même, opérez sans hésitation des coupes franches pour accélérer le rythme. Donc, je serais tenté de dire que la réécriture d'un roman est un exercice délicat, mais indispensable, requérant du recul et du bon sens.

      Cordialement,
      Paul

      Supprimer
  11. Bonjour Paul,

    Excuse-moi, mais avant de commenter, j'en ai profité pour faire mes petits coucous.

    Je suis content d'être tombé sur ton blog (via Cédric) et je parcours l'un ou l'autre article.

    C'est inspirant et comme j'ai commencé à mettre mes petites idées sur papier virtuel voilà qui tombe à merveille.

    Bon, maintenant, et ceux qui me connaissent ne me contrediront pas, j'ai un style d'écriture un peu décalé.

    Et ce que je "ponds" n'est pas vraiment orthodoxe.

    Il n'en reste pas moins que de l'échange d'idées jaillit la lumière.

    Et un blog, c'est fait pour ça.

    Donc, bonne journée Paul et
    @+
    Christian.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue dans ce blog (je suis un peu en retard) !

      (Mais, que voulez-vous, nous, les écrivains n'ont aucune notion du temps ?) ;)

      Supprimer
  12. bonjour ! grâce a vos astuce j'ai pu continuer mon livre !! merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci à vous aussi !

      Je vous souhaite une bonne continuation pour votre projet.

      Cordialement,

      Supprimer
  13. Bonsoir,
    Votre article est intéressant, je le prend en note.
    Depuis mon enfance mon rêve est d'écrire un roman, mais la structure me manque, même si j'ai plein d'idées !
    Afin de trouver des idées je me rend sur des sites comme le votre par exemple.
    Ainsi, sur votre site vous conseillez de ne pas faire de plan, mais sur ce site là "http://www.enviedecrire.com/comment-ecrire-un-roman/" ils disent exactement l'inverse (il faut regarder les commentaires un peu plus bas).

    Que dois-je en déduire ?
    Que la méthode de construire un plan dépend du caractère de la personne peut être ?

    Cordialement,
    Camille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Camille !

      Personnellement, je préfère partir d'un fil conducteur (je note mes idées dans un carnet) : je sais plus ou moins où je vais aller, mais ça reste très souple. Je développe l'histoire et les personnages au fur et à mesure, en me laissant toujours la possibilité de changer ce que j'avais prévu.

      Nonobstant, il n'existe pas de méthode miracle. Certains ont besoin de tout définir dans les détails avant de se mettre à écrire, d'autres se laissent guider au fil de l'écriture. En tout cas, je vous recommande de travailler votre Tâche en amont, elle vous donnera une précision sur le déroulement de l'intrigue.

      Cordialement,

      Supprimer
  14. Bonjour, j'ai 17 ans et j'écrie mon premier roman.
    J'ai plein d'idée mais je n'arrive pas a le mettre sur papier. Je vais sur beaucoup de site comme celui-la mais je n'arrive jamais a trouvée une suite cohérente a mon histoire. Votre article ma beaucoup aidée a commencez mon livre Merci.
    Cordialement,
    Kelly

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      La première chose consiste à noter vos idées sur une feuille, un carnet afin de ne pas les oublier. Pour vous repérer, pensez à diviser au préalable votre cahier en trois catégories : la partie Histoire (les idées sur l’intrigue principale), l’ensemble Personnages et tout ce qui ne rentre pas, dans la section Autres. Cette première étape vous permettra d'avoir une vue d'ensemble et peut-être par la lecture de vos notes, de contracter une nouvelle idée de roman.

      Par la suite, mettez une croix devant l'idée si vous l'exploitez. Mais, je pense qu'un livre ne se résume pas qu'à un enchaînement d'idées, celles-ci se doivent entretenir un lien fort de cause à effet.

      Personnellement, je préfère partir d'un fil conducteur (je note mes idées dans un carnet) : je sais plus ou moins où je vais aller, mais ça reste très souple. Je développe l'histoire et les personnages au fur et à mesure, en me laissant toujours la possibilité de changer ce que j'avais prévu.

      Nonobstant, il n'existe pas de méthode miracle. Certains ont besoin de tout définir dans les détails avant de se mettre à écrire, d'autres se laissent guider au fil de l'écriture. En tout cas, je vous recommande de travailler votre Tâche en amont, elle vous donnera une précision sur le déroulement de l'intrigue.

      Et un dernier point : on n'écrit pas parce qu'on a décidé d'écrire. On écrit pour concrétiser une envie profonde, parce qu'on a quelque chose à dire, à raconter ou à exprimer (par exemple une expérience douloureuse qu'on souhaite dépasser). Si vous ne savez vraiment pas ce que vous allez écrire, ça va être dur, en effet ! Si vous avez déjà la trame d'un récit, d'une histoire, d'une nouvelle, et ne savez comment commencer, je peux vous guider au cours de vos premiers pas.

      Sinon, il faudrait d'abord que vous me disiez où vous en êtes, voilà quelques questions :

      Avez-vous déjà écrit des nouvelles, des récits, des textes courts ?
      Quels sont les auteurs que vous appréciez particulièrement et sur lesquels vous désireriez vous appuyer dans un premier temps ?

      Cordialement,

      Supprimer
  15. Bonjour, je cherche moi aussi à écrire à roman dont l'idée a germé depuis longtemps déjà mais pour une raison que j'ignore je bloque.
    J'étais partie sur le principe du plan au début puis j'ai réalisé que ça ne me servait pas du tout car je déteste suivre un plan à la lettre et de plus c'est plus logique de créer des chapitres après les avoirs écrits.
    Je suis habituée à écrire des poèmes où l'important pour moi est de jouer avec les mots et créer des sensations, cependant je n'ai pas l'habitude de jouer avec des personnages et une intrigue.
    Récemment, j'ai décidé d'écrire des scènes qui me plaisent sans vraiment qu'elles aient un lien entre elles, ni d'ordre chronologique.
    Pourtant j'ai toujours envie de recommencer ce que j'écris comment faire pour lutter contre ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Le pire ennemi de l'écrivain est le perfectionnisme. J'ai déjà soutenu auparavant que pour gommer ce travers, il faut se faire violence. Pas de solution miracle ! C'est tout le rapport entre votre personne et votre prose qui est en jeu.

      Concrètement, on peut diviser la rédaction d'un roman en deux étapes : l'écriture du premier jet (sans aucun regard critique) et la relecture (de préférence, après six mois). En théorie, la démarche paraît simple, mais avec un peu d'effort, vous adopterez rapidement cet état d'esprit.

      Essayez de chasser votre critique intérieur, écrivez en ligne droite sans vous relire ou peu. C'est d'autant plus vrai que lorsqu'on débute un roman, on est souvent en pleine effervescence ; c'est à ce moment qu'il faut vider son sac. Vous aurez par la suite le temps de relire, réécrire, peaufiner l'ensemble.

      Sinon, est-ce que vous êtes perfectionniste au niveau du style (reprendre des phrases une dizaine de fois et peser ses mots) ou en terme d'intrigues (ne pas être satisfait de la tournure des événements) ?

      Cordialement,

      Supprimer
    2. Mmm, je ne pensais pas que j'étais perfectionniste comme quoi on en apprend tous les jours Je dirais que je suis plutôt perfectionniste au niveau du style (ça ne veut pas dire que j'échappe aux fautes d'orthographe non plus c'est plus une histoire de tournure de phrase). Quant aux termes d'intrigues je le suis moins , même si ça peut m'arriver, j'ai tendance à suivre mon instinct et lier logiquement (enfin le plus logiquement possible) les événements.

      Supprimer
    3. Le perfectionnisme a du bon comme du mauvais. Il peut se révéler un atout comme une faiblesse. Posez-vous quand même des limites. N'atteignez pas le degré de perfectionnisme d'un Balzac qui reprenait jusqu'à quinze fois la même page et corrigeait jusqu’à l’épuisement ses textes. En tous cas, bonne continuation !

      Supprimer
  16. Je suis en pleine écriture d'un livre et ton article m'a beaucoup aidé et il est très intéressant ! bravo ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content de l'apprendre ! Quoi qu'il arrive, persévérez dans votre travail et surtout tirez du plaisir de l'écriture. Je ne peux vous souhaiter bon courage, cher anonyme !

      Supprimer
  17. 5 astuces essentielles et très bien détaillées, bravo et merci ! Jeune auteur/scénariste, je lance également mon propre blog et suis ravi de parcourir vos articles, plein de détails croustillants et qui donnent envie d'arracher une page blanche pour la couvrir d'encre ;) Très bonne continuation et au plaisir de vous lire, ici ou du côté de mes articles (j'en ai d'ailleurs écrit un sur un thème proche du vôtre, n'hésitez pas à y jeter un oeil pour me donner votre avis :
    http://www.ecristonmonde.com/comment-ecrire-un-livre-100-jours/
    Bien à vous,
    Antoine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Antoine,

      Merci pour le compliment !

      Je viens à peine de remarquer que votre commentaire a été bizarrement marqué comme spam par mon hébergeur. Je mets donc aujourd'hui fin à l'injustice, d'autant plus que votre blogue semble très sérieux et bien présenté.

      Ensuite, les conseils restent quand même de l'ordre du subjectif. Chaque auteur a ses propres méthodes, sa vision. Je vois bien qu'on a une conception très proche de l'écriture et des centres d'intérêt commun (Breaking Bad !).

      J'ai donc du mal à voir ce que je peux vous reprocher dans l'article que vous m'avez soumis. Peut-être, il manque un peu d'exemples ou de références pour chaque conseil. Si ça vous chante d'écrire un article invité afin de gagner un peu de visibilité (ce que vous méritez), je ne dis pas non.

      D'ailleurs, un petit coup de pouce : vous êtes désormais dans ma liste de partenaires.

      Cordialement et bonne continuation,

      Supprimer
  18. Bonjour,
    Depuis quelques temps je rêve d'écrire un roman, les idées se bousculant dans ma tête, j'en ai finalement choisi 1,1 qui se démarquait des autres. Mais voilà j'aurai 2 questions
    Si l'intrigue est trop forte en émotions, que l'on veut connaître la suite du livre, comment faire pour que la suite du roman ne deçoive pas?
    Si on lit de tt du policier au romantique passant par le fantastique et qu'on adore comment faire pour trouver sa source d'inspiration???
    Merci beaucoup
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Il est plutôt logique d'écrire un premier livre, avant de plancher sur sa suite. Déjà en compléter un n'est pas chose facile et cela devrait retenir toute votre attention. D'ailleurs, je vous conseille d'écrire ce premier livre comme une oeuvre indépendante en laissant une fin ouverte, mais satisfaisante. Elle résoudrait le principal mystère évoqué, mais laisserait éventuellement quelques points d'ombre. Vous ne savez pas si l'envie et la motivation seront intactes dans six mois.

      Pour répondre à votre première question, il ne faut pas se répéter dans une suite, ne pas raconter la même histoire avec plus de moyens. D'où l'intérêt de changer de thème pour accompagner l'évolution des personnages.

      Je pense que la trilogie Batman de Christopher Nolan résume bien mon propos. Même si les films n'ont pas été pas planifiés à l’avance, le monsieur a su se dépasser à chaque nouvel volet. En tout cas, cela reste mon impression générale.

      Dans ce sens, on aurait le schéma suivant :

      Batman Begins : La peur. Les premiers pas de Bruce Wayne en tant que super-héros.
      The Dark Knight : Le Chevalier noir : Le chaos. L'apparition d'un ennemi redoutable, le Joker.
      The Dark Knight Rises : La douleur. Le dernier combat de l'homme chauve-souris pour protéger sa ville.

      Le personnage de Bruce Wayne évolue donc à travers les différentes épreuves auxquelles il est confronté ce qui transparaît dans la structure de chaque film.

      De même, essayez de vous rappeler des petits détails et des personnages secondaires pour garder une consistance dans la suite. Tentez aussi de faire monter graduellement les enjeux de l'histoire, en changeant par exemple d'antagoniste.

      Et non, le mélange des genres et des influences n'est pas un problème. Au contraire, c'est nécessaire d'avoir plusieurs sources d'inspiration pour que vos écrits soient originaux. Oubliez toutes ces considérations secondaires et écrivez l'histoire que vous aimerez lire.

      Cordialement,

      Supprimer
  19. Alors laisser le plan de côté, je trouve cela douteux car cela dépend d'une variable importante: la linéarité de l'écriture. On n'écrit pas du Brown ou du Gibson sans plan. On écrit autant en emporte le vent sans plan. Cela dépend de l'intrigue. Lorsque tout s'entremele comme dans un bon thriller, écrire sans plan est la meilleure manière de produire un spaghetti et de s'en lasser à force de réajustements. Je conseillerais donc aux écrivains en herbe de faire un plan, au moins un synopsis pour connaître les grandes lignes des actions/chapitres/parties. Aussi, le meilleur conseil est: toujours terminer une partie par une inconnue : il faut que le lecteur sente à chaque fin de chapitre que l'histoire continue et qu'il devra encore continuer sur le chapitre suivant pour savoir ce qui se trame derrière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Votre point de vue est totalement légitime. Un plan peut être d'une grande utilité. Mais, personnellement, je pense qu'un plan trop complet peut ruiner l'écriture voire détruire la motivation. Bien sûr, chaque auteur a la liberté d'essayer différentes méthodes et de choisir celle qui lui convient.

      En tout cas, il existe bien des écrivains qui ont produits des chefs-d’œuvre et ce, sans utiliser de plan (du moins linéaires). Cela ne veut pas dire qu'ils ne connaissent pas le fil conducteur de leur livre, ils ont au moins une vague idée de la fin. C'est le cas d'Agatha Christie, la « Reine du crime », qui tenait des carnets d'idées. Ce qui est étonnant, c'est qu'il y consignait tout ce qu'il lui venait en tête : faits historiques, détails médicaux, événements importants de l'intrigue, passé des personnages et ce, de façon désorganisée. Elle pouvait même commencer un livre sans connaître le meurtre. Le lien atteste de mes affirmations.

      Même chose pour l'immense Nabokov.

      Je suis d'accord que tout le monde n'est pas capable d'écrire de la sorte. Le plus important est de s'organiser de la manière qui nous convient sans l'imposer aux autres.

      Merci pour cette intervention enrichissante !

      Cordialement,

      Supprimer
  20. Saluts à tous j'habite Épinay sur seine dans le 93 à la cité verte j'aimerais bien écrire mais les gens de la tess me vole toute mes idée pour faire du rap je fais comment la Paul dubois? tant pis si tu trouve pas en attendant t conseil sont utile merci mais jpense que je vais faire du rap plutôt à la cité merci quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous voulez je vous écris un passage de rap que un ami à écrit regardez: appelez sécho g des rime partout le rap c comme un missile sa s'envoie sa explose partout vien faut que t'appelle comment on kick j'arrêterai le rap le jour où j'aurais cette somme à dix chiffre on met des gifle à épinay 93 c la d'où jvien...c bien alor? C'est un ami qui a fait sa il s'appelle sécho 93 bientôt dans les bac l'album c "narrateur de tess"

      Supprimer
    2. Désolé à tous si sa vous plaît pas comment on effacé?

      Supprimer
  21. West les gens sava ok salut jvien du neuf Katre 94 400 vitry-sur-seine les gens mdr paul ton zébla c ds bare bref jfai du rap c " couronne d'or " le nom de ma cité venez acheter l'album l'autre ô dessus qui marque ds vieux truc du 93 mdr "sécho" Hahaha paul s'il te plaît torais pas ds conseil pour le rap répond stp ah ouais en fet le nom c masta killeur neuf Katre prince de vitryyy

    RépondreSupprimer
  22. Koi????? Mdr masta killeur c avec ds batte qu'on va t'accueillir à la tessi poto , vien on parle sur Facebook désolé au site désolé paul excuse mais l'autre vitry-sur-seine vien on parle sur Twitter et ensuite vien au 93

    RépondreSupprimer
  23. Ok c bon je t trouver sur Twitter poto

    RépondreSupprimer
  24. Anonyme

    Bonjour !

    Cet article est très intéressant, merci
    Je suis en train d'écrire mon premier roman et en suis au stade de la relecture
    Vos conseils vont s'avérer très utiles.
    Merci aussi pour les grilles d'évaluation

    Bonne continuation

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  25. Un blog qui nous change des sampiternelles arnaques du style "achetez mon guide en 15 leçons pour devenir écrivain". Interressant, même si l'on connait ces règles de bases cela fait du bien de se les rappeler. Mon problème est tout différent, il ne s'agit ni de qualité d'écriture, ni du manque d'inspiration ou d'imagination... mais de rapidité. Je m'explique. Quand une histoire me vient, je la réalise assez vite dans mon imaginaire, elle couve dans mon esprit et se construit, évolue au fil des jours (parfois même de manière un peu envahissante) - je n'ai aucun problème avec ça. Je me met au travail, j'ai la chance de dactylographier vite par de nombreuses années de pratique, mais voilà... pas assez vite hélas. Mon esprit est plus vif que ma main, beaucoup plus rapide (comme les images d'un film). Je vois l'histoire, les lieux, l'intrigue, les personnages, tout est là, tout s'imbrique, parfois même certains détails... mais la page et ma frappe sur l'ordi n'y suffit pas et finalement tout s'englue comme un péage d'autoroute un mois d'août ! grisant au début, cela devient aggaçant ensuite et rapidement décourageant. Je désèspère du coté laborieux du travail d'écriture. Je ne suis pas seul dans ce cas là, quelqu'un étant déja passé par là aurait t'il un semblant de solution ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      j'ai deux propositions, tout dépend ensuite de votre fonctionnement :
      1/ Dicter à la machine. Sous word, moyennant une petite manipulation, on peut parler et faire écrire la machine. De nombreux logiciels permettent cela maintenant. C'est très rapide. La vitesse de la parole. Une fois le travail de reconnaissance de la voix peaufiné, les erreurs sont minimes. Et, de toute façon, quelle que soit la méthode, il faut relire, alors... ça peut valoir le coup. Par contre, il faut pouvoir. Moi, impossible. Tout doit se passer en silence sous peine de perdre le fil. Donc, autre proposition ...

      2/ Demander gentiment aux personnages de ralentir, à l'action aussi. Comme dans Matrix un peu. Et ,leur demander de recommencer. En plus, parfois, ils proposent autre chose de meilleur encore... on leur demande de nous dire ce qu'ils veulent, ce qu'il se passe, ils peuvent bien nous le redire, nous le rejouer.

      Ca vaut ce que ça vaut... et puis, chacun son fonctionnement. Il faut essayer des choses, en effet. Personnellement, j'ai abandonné de diriger et de vouloir. J'ai arrêté de m'inquiéter aussi. Rien de bon ne se perd. J'ai arrêté de vouloir tout dire. De trop en dire. Vivre l'instant présent, à mon rythme, et savourer la scène, sans boulimie, sans courir après la prochaine. Seul compte celle qui est en train de s'écrire. J'ai essayé de rassurer le roman : "ça va se faire, promis, un peu de patience s'il te plait..." un peu comme un vieux couple. Ce n'est plus la passion dévorante à chaque page, mais de la tendresse et de la compréhension pour chaque phrase, chaque mot. Et ça n'empêche pas le rythme, les scènes pleines de fureur.
      Avant de passer pour un malade mental et de faire peur, je m'arrête là. Je ne sais pas si c'est un semblant de solution...

      Bien à vous.

      Supprimer
    2. Bon, et puis, tant qu'on y est, après tout, je m'en fous, si ça peut aider... alors voilà, parfois, je n'écris pas pendant quelques jours. Exprès. L'envie monte. Je me retiens. C'est un jeu... le roman doit me séduire. Il sort ses plus belles propositions, devient terriblement alléchant, me fait des clins d’œil. Et quand je n'en peux plus, je lui saute dessus.Au bout du compte, les milliers de propositions, oui c'est bien... mais, ce n'est pas le problème. Moi je veux écrire des choses qui me font triper. Ce n'est plus la quantité qui m'intéresse, de ce côté ça déborde, c'est la qualité. En tout cas, quelque chose qui me touche, qui me séduit, voire plus si affinité.

      Ça vaut ce que ça vaut...

      Je ne sais pas si c'est un semblant de solution.

      Supprimer
  26. s'il vous plait vous povez me donner une idee de titre genre theme filles jeunesse et merci d'avance

    RépondreSupprimer
  27. Salut.
    J'avoue que j'ai d'abord bien flippé en voyant le titre de cette article. Pour être tout à fait honnête, je me suis dit : "encore un blog où il va nous dire de tout structurer jusqu'à ce que ça en devienne indécent, de suivre le montage scénaristique des best seller...." Bref, rien de bon! Et puis j'ai commencé à lire et, comment dire... Moi qui ai écrit un bouquin en trois mois, j'ai exactement la même vision de comment approcher l'écriture. Personnellement, je préfère me laisser transporter par mes personnages plutôt que de les coincer dans mes idées. D'un côté, ça me fait me sentir moins seul, d'un autre, ça m'énerve parce que je ne suis plus le seul gars à tenir un blog avec des propos cohérents. Donc merci et bravo! I'll be back !

    RépondreSupprimer
  28. Bonsoir,
    Cet article est très intéressant et mérite beaucoup d'attention. Ayant tout juste débuté la rédaction d'une histoire, cela ne pouvait que m'aider. Merci et bravo!

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour. Je tenais à vous remercier sincèrement pour les astuces que vous faîtes partager sur le blog. Etant pessimiste de base, certains points me rassurent vraiment. Cela fait depuis un an et demi que je travaille sur mon roman ( que je souhaite éditer si j'aurais le courage de franchir le pas...)et c'est vrai que ce n'est pas facile tous les jours, surtout que les idées viennent très souvent à cause de mon imagination débordante et de ma peur d'écrire les passages " trop osées ". Mais grâce à vos conseils, je me sens rassurée pour l'éditer et je tenais à vous remercier pour vos conseils qui me motivent à continuer mon projet et à réaliser ce rêve qui me tient à coeur !

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour, tout d'abord un grand merci pour toutes ces indications qui m'ont été très enrichissantes.

    Cependant, j'ai quelques questions à vous posez suite à cette lecture. Pour commencer, je souhaiterai savoir si une heure d'écrire par jour est obligatoire à partir du moment où je rattraperai les heures perdues le week-end? Je pose cette question car il va mettre très compliqué d'avoir une heure de libre chaque jour cette année étant donné que je rentre en terminale et que, par conséquent j'ai le BAC à préparer.

    Ensuite, j'ai déjà une idée bien détaillée sur l'histoire que je veux mettre en place, toutefois, j'aurais besoin de renseignements sur un point de vue aussi bien scientifique que technique. Le soucis est que je n'ai aucun contact extérieur qui pourrait avoir des réponses à mes questions. Avez-vous une idée de vers qui je pourrai me tourner?

    Et pour finir, avez-vous des conseils particuliers dans la rédaction de l'intrigue dans un roman où le suspens est la clé de l'histoire?

    Merci par avance, j'attends votre réponse avec impatience. Je vous laisse mon adresse mail si vous voulez pouvoir me joindre: flavieguignard@orange.fr

    RépondreSupprimer
  31. I loved your post! Thank you for sharing this valuable Content. <3

    RépondreSupprimer
  32. Great content, thank you, my friend.

    RépondreSupprimer
  33. J'ai trouvé les articles tous très instructifs, et je pense que cela va beaucoup m'aider pour l'écriture d'un roman inspiré de faits réelles; d'ailleurs est-ce que le fait d'utiliser des faits réelles reviens à la même choses qu'ecrire un simple roman? Merci par avance de votre réponse. Et encore une fois votre blog est super.

    RépondreSupprimer

Cet article vous a-t-il plu ? Commentez-le !

Merci aussi de le partager sur Twitter, Facebook ou dans Google+, en cliquant sur les boutons ci-dessus. Si vous l'avez trouvé intéressant, bien sûr !