vendredi 15 juin 2012

10 conseils pour écrire un roman qui peuvent aider n'importe quel auteur, selon Janet Fitch

Photo de Janet Fitch, une écrivaine américaine, connue pour son livre Laurier blanc (White Oleander), adapté au cinéma en 2002.
Janet Fitch vous donne des astuces pour écrire un roman.

Janet Fitch est une écrivaine américaine.

Son roman, Laurier blanc, adapté en 2002 au cinéma, a connu un grand succès outre-Atlantique. Il raconte l’histoire d’Astrid, une adolescente qui, séparée de sa mère, est placée en famille d'accueil.

Sur son blog, la dame prodigue 10 conseils d’écriture. J’ai traduit son article pour vous en faire profiter.

10 conseils pour écrire un roman


1. Parfaire la phrase et non seulement l’histoire


Il y a longtemps de cela, j’ai essuyé un refus de mon éditeur de Santa Monica Review, Jim Krusoe. Il me dit : « Assez bonne histoire. Mais, en quoi vos phrases sont-elles uniques ? » C’était le meilleur conseil que je n’avais jamais eu. Apprenez à étudier vos phrases, vous amuser avec, vous assurer de leur musicalité et leur sonorité. Lisez votre travail à haute voix. Lisez la poésie à haute voix et essayez de renforcer dans tous les sens votre sensibilité au son, au rythme et à la forme des phrases. La musique des mots. J’aime Dylan Thomas ( Ballad of the Long-Legged Bait). J’admire aussi Sexton, Eliot et Brodsky pour leur lyrisme et Durrell et Les Plesko pour leur bonne prose. Un bon exercice consiste à sélectionner le passage d’un écrivain au style solide et utiliser sa structure, remplaçant par vos propres mots les siens, pour voir comment il a procédé.

2. Choisir de meilleurs verbes


La plupart des gens utilisent une vingtaine de verbes pour décrire tout, d’une simple course à l’explosion d’une bombe atomique. Vous connaissez ceux-là : être, faire, avoir, créer, aller, voir, etc. Un vêtement en taille unique n’irait à personne. Fabriquez-vous donc un costume sur mesure. Choisissez des verbes plus appropriés. Libérez-vous-en.

3. Tuer le cliché


Lorsque vous écrivez, tout ce que vous avez entendu ou lu auparavant est un cliché. Ça peut être une combinaison de mots : sueurs froides. Une voiture de pompiers rouge ; ou des phrases : sur la même page, sur un pied d'égalité ; ou des métaphores : gros comme une maison. Parfois, les choses elles-mêmes sont des clichés : des dés en peluche, un ornement de flamants roses pour pelouse, de longs cheveux blonds. Il suffit de vous demander : « Honnêtement, ai-je vu cela auparavant ? » Même si Shakespeare l'a écrit, ou Virginia Woolf, c'est un cliché. Vous êtes auteur et vous devez l'inventer à partir de zéro, tout seul. C'est pourquoi l'écriture demande beaucoup de travail et exige une honnêteté sans faille.

Si ce n'est pas un beau cliché, ça ?

4. La variété est la clé


La plupart des gens écrivent la même phrase encore et encore. Le même nombre de mots par phrases, 8-10 ou 10-12. La même structure pour toutes les phrases. Privilégiez la variété, si vous écrivez généralement 8 mots par phrase, composez-en une à 20 mots, puis une autre courte en trois mots. Si vous atteignez souvent les 20 mots par phrase, assurez-vous que certaines n’en contiennent que trois, cinq ou sept, pour éviter que le lecteur ne louche.

5. Jouer avec les propositions subordonnées


Une proposition subordonnée (un fragment de phrase mis en valeur par des virgules) vous aide à explorer votre histoire, en allant au-delà de la phrase. Elle vous permet de réfléchir un peu plus sur ce que vous avez déjà écrit. Souvent, l'histoire que vous recherchez s’y trouve à l’intérieur. La proposition subordonnée vous invite donc à la découverte.

6. Décrire le paysage


Rappelez-nous toujours où nous en sommes. Utilisez la description du paysage pour vous aider à établir la tonalité émotionnelle de la scène. Prenez des notes sur la façon avec laquelle les auteurs établissent l'ambiance et préparent les événements, en décrivant le monde où vivent leurs personnages. Regardez les ouvertures des histoires de Fitzgerald et Graham Greene, ils sont formidables sur ce point.

7. Développer votre personnage


Votre personnage représente le chemin d’accès du lecteur à votre histoire. Faites de lui le plus observateur et le plus vif possible. Ils n'ont pas à être des érudits, ils ont juste besoin d'être actifs mentalement. Laissez-les observer, penser, se poser des questions, se souvenir, par eux-mêmes.

8. Apprendre à écrire un dialogue


Cela implique de le faire. Lisez des auteurs comme Robert Stone et Joan Didion. Restriction, dites-en le moins possible. Conflit. Considérez les dialogues comme appartenant au cadre d'un monde en évolution et non seulement des voix dans une pièce sombre. Ne montrez jamais ce qui est évident. Passez-vous des rencontres et des formules de salutations.

9. Écrire dans les scènes


Qu'est-ce que une scène ? a) Une scène commence et se termine dans un seul lieu à la fois (les unités aristotéliciennes de temps et de lieu). b) Une scène commence par une situation émotionnelle générale et se termine dans une autre situation émotionnelle. Elle démarre dans un sentiment de colère et se termine par l’embarras. Un personnage est, au début, follement amoureux puis ressort dégoûté. c) Quelque chose se passe dans une scène de telle sorte que le personnage ne puisse plus revenir en arrière. Assurez-vous de terminer une scène avant de passer à la suivante. Faites en sorte que toujours quelque chose arrive.

10. Torturer votre protagoniste


L'écrivain est à la fois sadique et masochiste. Nous créons des personnages que nous aimons et nous les torturons. Plus nous les aimons et avec plus de subtilité nous les torturons, en dévoilant leur travers, leur vulnérabilité et leur crainte, et mieux l'histoire est. Parfois, nous tentons de les protéger contre de grands maux. Évitez cela. C’est votre protagoniste, non pas votre enfant.

Je vous souhaite beaucoup d'inspiration et de plaisir,

Janet

À vous de jouer !


Ces conseils sont d’une grande qualité. Je peux vous l’assurer.

Une aubaine ! D’autant plus que vous ne trouverez pas à l’heure où j’écris ces lignes un article du même calibre, traduit entièrement en français.

Donc, je serais tenté de dire : profitez-en ! Expérimentez tous ces conseils, un après l’autre pour voir comment ils peuvent améliorer votre style d’écriture et vos futurs écrits.

Car la pratique ne s’achète pas, elle se pratique ! ;)

3 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour vos astuces :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie aussi pour avoir pris le temps de m'écrire un message d'encouragement, Cyril !

      Supprimer
  2. Merci infiniment pour ces conseils :)

    RépondreSupprimer

Cet article vous a-t-il plu ? Commentez-le !

Merci aussi de le partager sur Twitter, Facebook ou dans Google+, en cliquant sur les boutons ci-dessus. Si vous l'avez trouvé intéressant, bien sûr !