vendredi 18 mai 2012

Grace Kelly de Mika. Ou comment la traduction ajoute-t-elle un nouveau sens aux paroles ?

Photo de Mika, chanteur, auteur-compositeur de pop britannique d'origine libanaise (2011)
Les méthodes et techniques pour traduire un texte vite et bien.

Parce que l’habitude tue l’habitude, on va aujourd’hui changer d’horizons. Un peu de musique ne fera de mal à personne ! Bien sûr, notre thème principal reste l’écriture.

Cet article sera aussi plus court. Comme ça sera plus reposant pour vos yeux et, pour moi, plus simple à écrire (hé ! hé !).

La traduction est un exercice difficile. C’est encore plus vrai dans le cas d’une chanson ou d’un poème. Faut-il traduire mot par mot ou préserver le sens ?

De même, les textes perdent-ils de leur valeur, lorsqu’ils sont retranscrits dans une autre langue, ou la traduction peut-elle aller jusqu’à les enrichir ?

Je vous propose un élément de réponse. Un élément de réponse qui se trouve dans Grace Kelly de Mika. Et la version française, s’il vous plaît !

La découverte…


Mes goûts musicaux se résumaient aux Beatles, à Queen ou à Michael Jackson. Bref, à du classique ! Enfin, avant que je ne découvre Mika…

Son univers coloré, ses mélodies joyeuses, sa voix hors du commun (sa tessiture couvre les 3 octaves et demie), la modestie du bonhomme ont eu raison de moi.

Rapide biographie : Mika de son vrai nom Michael Hoolbrook Penniman est un chanteur, auteur-compositeur de pop britannique. L'Américano-Libanais a sorti deux albums, Life in Cartoon Motion et The Boy Who Knew Too Much.

Il traite des sujets sérieux de façon détendue ; par exemple, Big Girl (You Are Beautiful) évoque les complexes des femmes rondes, alors que Billy Brown parle de la difficulté d’un père de famille à vivre son homosexualité.

Le troisième opus du jeune homme, The Origin of Love, est attendu avec impatience par des millions de fans dans le monde.

La version française de Grace Kelly


En 2008 pour sa prestation au Parc des Princes, Doriand signe, pour Mika, l'adaptation française de son single Grace Kelly (dont le refrain me rend fou).

Nous allons, tout d’abord, écouter la version anglaise.


Et voici les paroles :

Do I attract you ?
Est-ce que je t'attire ?
Do I repulse you with my queasy smile ?
Est-ce que je te repousse avec mon sourire écœurant ?
Am I too dirty ?
Suis-je trop provocant ?
Am I too flirty ?
Suis-je trop dragueur ?
Do I like what you like ?
Est-ce que j'aime ce que tu aimes ?
[…]

I tried to be like Grace Kelly
J'ai essayé d'être comme Grace Kelly
But all her looks were too sad
Mais tous ses airs étaient tristes
So I tried a little Freddie
Alors j'ai tenté un petit Freddie
I've gone identity mad !
Je n'ai plus d'identité !

Chorus :
Refrain :
I could be brown
Je pourrais être marron
I could be blue
Je pourrais être bleu
I could be violet sky
Je pourrais être un ciel violet
I could be hurtful
Je pourrais te blesser
I could be purple
Je pourrais être mauve
I could be anything you like
Je peux être ce que tu veux
Gotta be green
Je dois être vert
Gotta be mean
Je dois être méchant
Gotta be everything more
Je dois être encore plus que ça
Why don't you like me ?
Pourquoi ne m'aimes-tu pas ?
Why don't you like me ?
Pourquoi ne m'aimes-tu pas ?
Why don't you walk out the door !
Pourquoi ne fous tu pas le camp !
[…]

Source : La Coccinelle

Vous remarquez que les paroles de Grace Kelly sont très surprenantes ; elles changent de ce que l'on peut entendre habituellement.

Et pour cause, la chanson est une satire des musiciens qui essaient de changer de personnalité pour devenir populaires.

Le refrain, traduit en français, devient ringard. Alors, comment Mika a-t-il procédé pour en préserver l'esprit ? C’est ce que nous allons voir !

Passons, à présent, à la prestation de Mika sur la version française de Grace Kelly.


Je rappelle que c’est du 100 % live. À ma connaissance, seuls Freddy Mercury ou Chris Martin peuvent s’enorgueillir de chanter aussi bien sans playback.

Maintenant, comparons les paroles dans la langue de Molière :

Est-ce que je t'attire
Ou bien te fais fuir
Quand je souris comme ça
Le regard dégueu
Le regard mielleux
Ou les deux à la fois
Un air de bûcheron
De gentil garçon
Dis-moi suis-je assez glam
Pourquoi tu m'aimes pas
Pourquoi tu m'aimes pas
Sans me coller des blâmes

Refrain :
Je prends les poses de Grace Kelly
Mais, pour toi ça ne suffit pas
Alors, je chante un peu comme Freddie,
Mais que faut-il que je sois, sois, sois, sois...
Un légionnaire
Un tortionnaire
Pour être ton idéal
Un mec un peu seul
Un peu comme ma gueule
Un bandit toujours en cavale
Suis-je assez in
Suis-je assez clean
Mais que te faut-il encore
Pour que tu m'aimes bien
Pour que tu m'aimes bien
Pour qu'un beau jour tu m'adores
[…]

La première partie de la chanson reste assez fidèle à l’originale. C’est dans le refrain que s’opère le changement le plus notable.

En conservant les mêmes mots, le résultat aurait été cucul la praline. C’est pourquoi je trouve le choix des expressions (gueule, in, clean, etc.) judicieux, dans la mesure où ils apportent une spontanéité à la chose, sans nuire au côté poétique.

Premier élément à retenir : d’une langue à l’autre, le sens exact n’est pas toujours facile à trouver ; une traduction n’est donc pas obligatoirement au mot près.

En outre, les rimes et des allitérations (notamment en e et en r) dotent le texte d’une certaine musicalité.

Deuxième point : Une bonne traduction nécessite de restituer l'esprit du texte. La version française de Grace Kelly n’est pas identique à son aînée et pourtant, le sens n’en est pas moins affaibli, il en devient même enrichi.

Les pièges à éviter


Les pièges à éviter dans la traduction.

L’erreur la plus commune chez les débutants est : le calque. Le calque consiste à traduire directement un mot ou une expression.

Je l’ai rappelé, plusieurs fois, auparavant. Je ne me répèterais pas.

Voici une liste des pièges à éviter :

  • Le non-sens ;
  • L'omission : c'est le refus de traduire devant la difficulté. Essayez de combler le vide en fonction du sens général du passage ;
  • Le solécisme : il consiste à construire une syntaxe qui n'existe pas dans la langue ;
  • Le faux-sens : cela revient à confondre un mot avec un autre ;
  • Le contresens : le contresens aboutit à une traduction contraire de ce qui a été énoncé.

À vous de jouer


Si vous étiez amené à traduire, je vous recommande de suivre ces 5 étapes :

  1. Lisez plusieurs fois le texte entier, afin d'en saisir le sens général.
  2. Soulignez les mots que vous ne comprenez pas.
  3. Établissez une traduction vague, en gardant la tonalité correcte du texte.
  4. Remettez dans le contexte tous les mots incompris, en essayant de trouver la traduction la plus proche possible de la tonalité.
  5. Réécrivez une traduction poussée, en essayant de trouver des synonymes.

Cet article n’est pas exhaustif. Je ne suis pas expert en la matière, mais ça ne m’empêche pas de m’y exercer parfois.

Et je peux vous assurer que si vous étiez amené dans le futur à traduire un texte pour des raisons personnelles ou professionnelles, ces conseils pourraient grandement vous servir.

En tout cas, j’espère avoir atteint mon but : vous apprendre des choses, derrière un air de musique. (Et vous avoir, de surcroît, initier à Mika !)

P.-S. Êtes-vous conquis ? Découvrez Love Today, We Are Golden ou Rain !

2 commentaires:

  1. Petite parenthèse : je vous recommande vivement de regarder cette vidéo MIKA - Happy Ending (Live) assez incroyable. Allez à la minute 3:20, vous serez époustouflé ! Frissons garantis...

    RépondreSupprimer
  2. Salut,
    Merci pour cet article intéressant !
    Mais Freddy Mercury et Chris Martin ou Mika ne sont pas les seuls à avoir une voix en or en live. Pour ne citer qu'eux il y a notamment : Matthew Bellamy (Muse), Thom York (Radiohead / Atome for Peace), Martin Grech et le plus grand pour moi : Jeff Buckley que l'on connais la plus part du temps, que pour sa reprise de Hallelujah, alors que son unique album Grace est un monument !!!

    RépondreSupprimer

Cet article vous a-t-il plu ? Commentez-le !

Merci aussi de le partager sur Twitter, Facebook ou dans Google+, en cliquant sur les boutons ci-dessus. Si vous l'avez trouvé intéressant, bien sûr !